En Marche pour la Vie .. aussi en 2019!

«Bundesrat soll Beratungsnotstand zum Thema Abtreibung beenden!»

Am heutigen Mittwoch, den 20. Februar 2019, wurden knapp 25‘000 Unterschriften der Petition „Abtreibungsfolgen öffentlich machen“ dem Bundesrat überreicht. Der beachtliche Sammelerfolg der dreisprachigen Petition zeigt, wie wichtig das Anliegen ist.

Rund 50 Personen, darunter viele Familien und Kinder, versammelten sich in Bern, um dort die Unterschriften der Bundeskanzlei zu Händen des Bundesrates zu übergeben. Bei strahlendem Sonnenschein überreichte die bunte Menge die Unterschriften zusammen mit Vertretern vom Marsch fürs Läbe, welcher die Petition letztes Jahr im September beim 9. Marsch fürs Läbe initiiert hatte.

Daniel Regli, OK-Präsident vom Marsch fürs Läbe, forderte in seiner Ansprache, dass die Desinformation an Schulen, Spitälern und Beratungsstellen beendet und das Leiden der betroffenen Frauen endlich ernstgenommen werde. Die Regierung werde durch diese Petition mit Nachdruck dazu aufgefordert, die Bevölkerung über die grossen Risiken der Abtreibung ohne ideologische Scheuklappen aufzuklären. „Viele junge Frauen entscheiden sich dafür, das Ungeborene in ihrem Leib töten zu lassen, ohne dass sie umfassend über mögliche schmerzliche Folgen vorgängig informiert wurden, das muss sich ändern!“, bekräftigte Regli.

Samuel Kullmann, Grossrat EDU Kanton Bern, führte anschliessend einige Gedanken zum schweizerischen Petitionsrecht aus und zog Vergleiche zu William Wilberforce (1759–1833). Der britische Politiker hatte viele Jahre seines Lebens gegen den Sklavenhandel und die Sklaverei gekämpft und dabei ebenfalls zum politischen Instrument der Petition gegriffen. Wie heute die Lebensschützer kämpfte auch Wilberforce damals gegen den gesellschaftlichen Mainstream und musste viele politische Niederlagen einstecken, bis die Abschaffung der Sklaverei endlich realisiert wurde.

Nach den Statements erfolgte die offizielle Übergabe der Unterschriften. Beim anschliessenden Apéro im Bundeshausrestaurant wurde der Erfolg der Petition gefeiert. Am morgigen 21. Februar erhalten nun noch alle Mitglieder des National- und Ständerats ein Schreiben, worin die Initianten der Petition darum bitten, das Thema der Abtreibungsfolgen aufzugreifen und begünstigend auf die Erfüllung der Petitionsforderungen hinzuwirken. Dass das Thema hochaktuell ist, zeigte jüngst ein Kabinettsbeschluss des Nachbarlandes Deutschland, wo die Bundesregierung am 6. Februar fünf Millionen Euro für eine Studie zusagte, welche die psychischen Folgen von Abtreibungen untersuchen soll. Dem Beispiel gilt es zu folgen – damit in der Schweiz wieder einer Kultur des Lebens und der Familie zum Durchbruch verholfen wird.

 

 

 

Voici l'étude panoramique mentionnée dans la pétition (résumé) :

Source d'image: Screenshot, The British Journal of Psychiatry

Vous pouvez télécharger ici l'étude complète au format pdf.

 

 

Si vous voulez regarder la marche pour le Läbe à nouveau comme une vidéo de l'ensemble de l'événement ou aussi des séquences individuelles de celui-ci...cliquez ICI.

Galerie d'images : Marche pour la vie 2018 (cliquez sur les photos pour les agrandir)

 

Pour la liberté à la place des conséquences de l’avortement

Pour les professionnels des médias : En cliquant sur les images respectives, vous pouvez télécharger des images en haute résolution. Avis de droit d'auteur : Copyright www.marchepourlavie.ch

La 9e Marche pour la Vie a porté un tabou de la société dans la sphère publique : les nombreuses conséquences douloureuses de femmes et d’hommes après un avortement. Des témoignages de personnes concernées, un plaidoyer de la conseillère nationale Andrea Geissbühler et le lancement d’une pétition à l’attention du Conseil fédéral ont marqué la manifestation sur la Place fédérale. Le rassemblement de personnes engagées pour le droit à la vie de manière pacifique a pu se faire comme planifiée, grâce à la protection massive par la police.

« Avortement – les conséquences!? » a été le slogan de la Marche pour la Vie qui a eu lieu aujourd’hui, samedi 15 septembre, sur la Place fédérale à Berne. Malgré des lettres de menace reçues, environ 1500 personnes engagées « pro vie » se sont réunies, selon le comptage des organisateurs, pour la manifestation interconfessionnelle.

Post-avortement : la vie après

Post-avorAprès des messages de salutation venant d’Europe et d’Amérique, en particulier de l’ambassadeur pontifical en Suisse, l’archevêque Thomas E. Gullicksen, suivi d’un programme musical trilingue, deux femmes concernées (dont l’une par vidéo) ont témoigné de leurs souffrances après un avortement. Ces souffrances sont connues sous la notion du syndrome post-avortement. Erika Wick, fondatrice d’un centre de consultation, a décrit son vécu : « Quand j’ai fait avorter jadis mon enfant, je pensais ensuite que je ne pourrais plus devenir joyeuse pour le reste de ma vie. Je décrirais ma vie des six premières années suivant l’avortement comme une descente à l’enfer. » Plus elle a refoulé ses sentiments, plus elle a développé des dépressions allant jusqu’au désir intense de mourir. Elle a finalement trouvé la guérison et la liberté par « l’amour de Dieu et son accueil », dans un processus durant deux années. Elle encourage maintenant des femmes et des hommes à ne pas rester seuls avec leurs souffrances, mais à prendre plutôt un chemin d’accompagnement et de pardon. Ainsi « une nouvelle vie pleine d’espoir et de perspective » serait possible.tement : la vie après

Diminuer un vide de sens

La conseillère nationale Andrea Geissbühler a mis les quelque 10'000 avortements annuels en Suisse dans le contexte d’une approche responsable de la sexualité. L’amour et le sexe pourraient merveilleusement correspondre. Des relations marquées par la confiance réduiraient aussi le taux d’avortements. « Il n’est pas admissible que des milliers de bébés soient avortés en notre temps éclairé. Le vide de sens dans notre société, les dépressions et les dommages psychiques à vie chez les personnes concernées après un avortement, mais encore les pertes de précieuses vies humaines pourraient ainsi être réduits », dit Geissbühler.

Le Conseil fédéral doit informer sur les conséquences d’avortements

La pétition lancée aujourd’hui demande au Conseil fédéral de s’informer de manière étendu et scientifiquement sérieuse sur les conséquences sanitaires d’avortements. Le Conseil fédéral devra en plus s’investir auprès des autorités cantonales pour qu’on informe – dans les écoles et les universités, ainsi que dans les centres de consultation, les cabinets médicaux et les hôpitaux – de manière adéquate sur les conséquences douloureuses d’avortements. Le but suprême devra de nouveau être d’encourager les mères enceintes vers une vie commune avec l’enfant.

La Marche pour la Vie fait partie d’un réseau international de mouvements pour le droit à la vie. Un organe responsable, interconfessionnel et chrétien, s’investit par le moyen de la Marche pour la Vie avec des moyens démocratiques et pacifiques pour le droit à la vie des enfants non encore nés, aussi de ceux qui ont un handicap. 

Manifestation de le 9e Marche pour la Vie le 15 septembre sur la place fédérale à Berne

Nous sommes reconnaissants que les autorités de Berne et la Police cantonale ont permis d'avoir notre manifestation de nouveau sur la Place fédérale! 

DÉPLACEMENT: Dernière date d'inscription est le 7 septembre. Qui veut s'inscrire après peut s'informer par info(at)marchepourlavie(dot)ch s'il y a encore des places libres dans les autobus.

Des personnes qui viennent en voiture ou en transports publics à Berne sont priées d'arriver de bonne heure. Il y aura des contrôles avant d'entrer sur la Place fédérale.

Les personnes qui veulent profiter de notre service d'autocars pour un voyage en commun à Berne trouvent ici une fiche d'informations. (téléchargez ici)

TRADUCTION: Des personnes francophones et italophones peuvent obtenir des écouteurs pour entendre la traduction du programme. La distribution se fera à des tables spécialement marquées sur la Place fédérale, contre le dépôt d’une carte d’identité ou de 50 francs. (La transmission prévue par une application sur le portable/smartphone ne se fait pas pour des raisons techniques.)

 

FLYER: Le dépliant d'invitaton peut être téléchargé ici

Veuillez manifester avec nous le jour du 15 septembre pour que l'image faussée de l'avortement dans l'opinion publique soit corrigée. Nous porterons le thème de la manifestation au préalable de la 9e Marche pour la Vie dans la visibilité publique par une campagne d'affiches. Le 15 septembre, lors de la manifestation, nous présonterons une pétition qui sera adressée à l'attention du Conseil fédéral. La pétition demandera au gouvernement fédéral d'assumer bien plus fortement sa responsabilité en vue de la protection de la vie non encore née et des mères enceintes.

Statement von Wilf Gasser, Arzt: Leiden nach Abtreibung, Pressekonferenz Marsch fürs Läbe, 29.8.18, Bern

Démarrez le video, clickez sur l'image

News

14.02.2019

« La vie de chaque individu est précieuse ». Sous ce titre l’acteur américain Ashton...

31.10.2018

La Cour suprême de Norvège a confirmé le 11 octobre 2018 dans le litige de la femme médecin...

28.08.2018

La fausse couverture médiatique sur la mort d’une femme enceinte en 2012 a eu une influence...